16/05/2016

LA MAISON VI

MAISON CADENTE

COMPRENDRE ET TRANSFORMER

 

La sixième Maison joue un rôle de charnière dans l’évolution progressive de la personnalité. Il y analyse les manques expérimentés dans les Maisons précédentes, elle le confronte à des sentiments de restrictions et de frustrations. Si sa personnalité répond bien à la valorisation demandée en Maison V la VI fait s’installer l’humilité qui préfigure l’attitude associative nécessaire au partage proposé dans la Maison VII. Après la Maison de l’expression personnelle, de l’auto-satisfaction (Maison V), il est dans la Maison qui le contraint à ne plus penser à lui, à s'oublier. Cette étape se vit effectivement dans la souffrance et les tensions. Il peut subir des maladies chroniques, des services astreignants, contraignants. Cette étape de transformation à pour but d’apprendre à son ego à s’oublier. Dans le cas ou l’évolution de la conscience ne se fait pas, souvent par autosuffisance de son ego qui se complaît uniquement dans les agréments illusoires de la vie, la maladie s’installe, résultat d’une attitude cristalline, lorsqu'il ne progresse plus. Les maladies psychosomatiques peuvent avoir également comme origine sa crainte de ne pas exister, d’être oublié, abandonné ou non reconnu. Elles peuvent revêtir toutes les formes, de la plus bénigne à la plus maléfique. « vous ne voyez pas que j’existe ? alors reconnaissez au moins que je suis malade ! c’est bien la preuve au moins de mon existence ! » ? La Maison VI l'appelle à l’humilité et à reconnaître non seulement que l’autre lui ressemble, mais qu’il peut aussi être bien plus grand que lui. S'il se libére du culte de l’ego (Maison V), il trouve l’expression d’un sacerdoce dans la Vème Maison. Si tel n’est pas le cas, la Maison VI se vit immanquablement dans la contrainte, dans l’asservissement au quotidien. Elle est souvent le terrain de drames de la vie quotidienne : il doit accepter ses insuffisances, ses complexes, ne pas rechigner aux travaux dévalorisants. La notion d’emploi subalterne, ou de servitude est utilisée pour définir la Maison VI. Il ne fait que masquer la signification profonde de cette Maison qui réclame une révision de votre personnalité avant d’aller plus loin, vers le partage. Il doit sortir de sa subjectivité afin d’aborder consciemment le collectif. Son réveil s’effectue souvent dans la souffrance et lui demande du courage. Il se bat, il n'est pas encore familiarisé avec la conscience de l’autre, il a pourtant bien compris le problème. Ici, il se rend compte que lorsqu'il rend service à quelqu’un, il le rend heureux et cela lui procure un bonheur bien différent de celui éprouvé avant. C’est dans cette phase que s’éveille le plaisir d’offrir, de donner sans rien attendre en retour. A cette étape, il lui est demandé d’affirmer sa personnalité, de mûrir psychologiquement, de s'exprimer différemment. C’est un défi qui s’effectue par crises, il vise son amélioration.