25/05/2016

 

MAISON VII

 

MAISON ANGULAIRE

 

ETRE

 

La Maison précédente termine la phase d’élaboration de la personnalité, la Maison VII entame le cheminement objectif du dépassement de la personnalité. Il lui est demandé « d’ETRE » avec les autres. Le partage dans les plus justes proportions fait partie des caractéristiques de cette Maison. Elle est traditionnellement appelée « MAISON DU MARIAGE ET DES ASSOCIATIONS», mais elle n’est pas que cela. Il doit apprendre la collaboration, la coopération en s'associant avec une ou plusieurs personnes. C’est le terrain d’expériences qui peuvent le décevoir. Cette Maison est dite Angulaire et les planètes qui s’y trouvent indiquent la manière dont il voit et aborde l’autre, et réciproquement, comment les autres le voient. C’est dans cette Maison que s’opèrent les contrats, les associations, les mariages, les conciliations. Tout ce qui unit officiellement les êtres entre eux. Les six premières Maisons, pour la majorité d’entre nous ne sont que partiellement assimilées. Il en résulte une grande difficulté d’insertion sociale. Il ne peut apporter dans la VII que ce qu'il est. Mais ses rapports avec le monde extérieur modifient plus ou moins positivement sa personnalité. Il est nécessaire de re conscientiser le fonctionnement personnel de ses six premières Maisons afin d’amoindrir les tensions qui en résultent lorsque les expériences de la VII se présentent. L’axe I-VII le met en rapport avec le monde extérieur alors qu'il sort à peine d’une subjectivité où il lui était demandé de se centrer sur lui-même. Cet axe est celui du développement de sa conscience de soi (Maison I) et de sa conscience des autres (Maison VII). On comprend ici les limites de sa personnalité et il cherche son complément : un copain, d’un milieu social différent du sien (parce que complémentaire). Il pressent qu’à deux on est plus forts. S'il a un tempérament inné de chef, il crée une association, un groupe, une bande. Il a compris que l’union fait la force. Si, au contraire, il a peur d’affronter seul l’existence, il se laisse absorber par une association dans laquelle il se sent participant. La notion de domination est souvent exprimée lorsqu’on parle de cette Maison, mais il faut y ajouter aussi la notion de dépendance. Ces deux attitudes antagonistes sont porteuses d’un équilibre souhaité. Il impose ses valeurs, ou l’autre impose les siennes. Lorsque ces rapports de force sont pris en compte avec impartialité, le juste équilibre en résulte et il développe son sens des responsabilités. Ne dit on pas « c’est ma moitié ! » ce qui signifie implicitement : « je suis l’autre moitié ! ».