15/05/2016

 

MAISON XII

 

MAISON CADENTE

 

COMPRENDRE ET TRANSFORMER

 

La douzième Maison est l’aboutissement d’un cycle d’expériences. C’est le stade du bilan final, de l’acceptation. L’astrologie traditionnelle l’associe à une sanction, un échec, une épreuve ou une frustration. Elle n’est cependant pas qu’un lieu d’exil, elle signifie également les aides et les réussites mises en place dans les incarnations antérieures et dans cette vie. Cette fin de cycle est un lieu de clair obscur où son avenir et son passé sont encore intimement liés. Ceci a pour résultat de pouvoir faire cohabiter ses peurs avec sa foi en un avenir meilleur. Cette Maison est porteuse de l’espoir d’un nouveau cycle qui lui offrira de nouvelles expériences. Elle le prépare à une nouvelle naissance. Les obstacles de la Maisons XII sont difficilement contournables. Les sanctions qui lui sont infligées sont parfois plus pénibles que l’obstacle lui-même. Il s'y confronte au gardien du seuil, résultat de ses limitations et de ses incapacités à vivre en pleine conscience les propositions antérieures de son évolution. La difficulté de cette Maison réside dans le fait d’amener à sa conscience la cause des échecs dus aux blocages de sa personnalité. Se comprendre c’est déjà s'accepter tel qu'il est réellement. C’est à ce prix que s’offre à lui la possibilité d’entamer un nouveau cycle porteur d’idées nouvelles. Cette Maison cadente implique un effort d’amélioration. Il doit repenser les choses différemment. Ceci a pour résultat d’élever sa conscience à un plus haut niveau. Ses projets idéalistes élaborés dans la IX prennent racine dans la XII. Ils s’ancrent au-delà de sa conscience individuelle, dans la supra-conscience, afin d’être la base des nouvelles expériences de son cycle futur. Ce futur qui se profile sera d’autant plus lumineux qu'il lâchera prise, se déconditionnera de son passé. Le nouveau ne s’accommode pas des liens emprisonnant qui cristallisent son avancement. Dans la Maison XII, l’acceptation de ses échecs passés, plus ou moins proches, doit s’opérer avec la plus grande humilité. C’est une attitude courageuse que de reconnaître lucidement ne pas avoir rempli au mieux son contrat d’incarnation. Les complexes provoquent des douleurs souvent insupportables ainsi que des sentiments de culpabilité négatifs qui peuvent le paralyser et le mener à la dépression. Le fait de rester rivé à ses échecs entrave ses possibilités d’entamer un nouveau cycle. Cette Maison est celle des grandes maladies qui sont le résultat du non respect des lois naturelles. Il ne sert à rien de se morfondre sur ce qu'il estime être des échecs. La vie lui demande de croître coûte que coûte, vers de nouvelles expériences en lâchant ses peurs paralysantes, car la vie est mouvement. Cette Maison correspond à l’évolution de son âme.