21/05/2016

 

LE SAGITTAIRE

 

ASPIRATION (idéalisme) – RESPONSABILITE SOCIALE - RELIGIOSITE

 

MUTABLE – FEU

 

 

Comme tous les autres signes Mutables, il est double. Une de ses composantes est liée à l’instinct et à l’émotion. s’il prédomine, nous avons le type même du bon vivant, profitant sans vergogne des plaisirs de la vie, l’autre aspect va tirer profit de ses expériences passées en portant ses valorisations personnelles au plus haut, dans un souci de dépassement permanent. Ses responsabilités sociales peuvent être écrasantes. Il les assume jusqu’au bout car la collectivité prime avant tout. Il peut établir des lois, manier le pouvoir. Il est un serviteur de la société qui sait mener les autres. Le SAGITTAIRE est le troisième et dernier signe de Feu. Le côté Mutable entraîne chez lui une prise de conscience : comment dissoudre la personnalité étriquée pour s'ouvrir à des idéaux nouveaux au service de la société, d’une religion ou d’une philosophie. Le BELIER dit : « JE PARS ! » le LION : « JE SUIS ARRIVE ! », le SAGITTAIRE : « JE VAIS PLUS LOIN ! ». le SAGITTAIRE mi homme, mi cheval, idéaliste ou instinctif, tend son arc vers un but, illusion ? Qu’à cela ne tienne, son travail n’est pas de réaliser, mais d’élever sa conscience vers des principes universels. Le sens de l’abstraction rencontre l’idéalisme, ainsi que tous les « ismes », qu’ils soient religieux, politiques ou humanistes. Les valeurs SAGITTAIRES sont toujours propices aux envols vers des horizons merveilleux, en quête d’absolu ou d’idéaux sociaux de grande envergure et parfois inatteignables.

Le signe du SAGITTAIRE est Neutre comme tous les Mutables. Il est Emissif par le Feu qui le compose.

 

SAGITTAIRE ASCENDANT BELIER

 

On accorde au BELIER une constitution athlétique, un squelette fortement charpenté, une musculature puissante le faisant paraître plus grand qu’il n’est réellement. Le regard est vif, souvent dur et insolent, exprimant la curiosité, la vigilance prête au combat, voire le défi. Homme ou femme le BELIER ne marche pas : « il fonce » droit devant lui, d’un pas rapide et décidé. Il ne vous serre pas la main, il vous la broie d’une poigne ferme et volontaire. Présence, intensité, force contagieuse, c’est l’impression qui se dégage d’emblée de lui. Le moindre obstacle à son défoulement d’agressivité conquérante le met d’une humeur massacrante et les invectives outrancières pleuvent en guise de décharge. Psychologiquement il a un besoin animal d’extériorisation motrice. Le Feu du printemps symbolise le jaillissement premier de l’énergie vitale. Son tempérament est celui du colérique type, émotif, actif, primaire, aux réactions fortes, immédiates, brèves, où il s'engage en bloc dans l’instant, où l’énergie pulsionnelle fuse dans toutes les directions. Ce même besoin d’extériorisation motrice se retrouve chez le SAGITTAIRE, autre signe de Feu, mais ce Feu d’automne est différent, il exige autre chose. Il est socialisé et va devoir élargir encore ses rapports avec le monde extérieur, s'adapter à cette expansion future. Cette adaptation requiert beaucoup de discrimination et de maîtrise dans les réponses aux stimulations externes, une capacité de retrait par rapport au milieu et de retour sur soi, en même temps qu’une faculté de coordination et de synthèse propres à réaliser l’unité de cette multiplicité. Pour satisfaire à son idéal solaire, il doit atteindre à une secondarité inconnue du BELIER afin d’établir entre le dehors et le dedans, entre ce qui a précédé et ce qui devra suivre, un pont menant au-delà, un après, un plus haut. Il est riche de vigueur physique et mentale, généreux et franc, aux réflexes prompts, à l’imagination enflammée, à l’attention vive. Rien de mesquin, encore moins de routinier, chez lui. Il a l’esprit curieux, le verbe énergique, les idées larges et de nobles aspirations. Il sait entraîner, convaincre par son éloquence et par son ardeur communicative. En l’absence de dissonances graves, le SAGITTAIRE sociabilisera le BELIER, le tempérera, l’assagira. Visage, silhouette, gestes, actes se feront moins anguleux, moins abrupts. Dans ses conquêtes amoureuses il met un peu plus de formes et moins de brutalité. Sur le plan des réalisations, un SAGITTAIRE fort, dans le cas de positions harmonieuses lui apporte la pondération, la hauteur de vue, le souci et le respect de la collectivité, un idéal plus spiritualisé, une ampleur plus adaptée et ennoblie. Il se sert de la fougue et de la capacité d’engagement du BELIER en la maîtrisant et si le mariage est exceptionnellement réussi, cela peut donner naissance à une personnalité magnifique. Dans les cas plus difficiles, ce SAGITTAIRE dont la fonction est de participer à la collectivité en respectant ses normes et ses lois dans un esprit de tolérance et d’humanisme, risque de s’accommoder assez mal des exigences belliqueuses, totalitaires et individualistes de l’ascendant BELIER. Certes ses idéaux avoués continuent à se déclarer nobles, soucieux du bien et de la liberté d’autrui, mais ses conduites sommaires, brutales, plus ou moins inconsciemment autoritaires, leur infligent un démenti, l’instinct de conquête l’emporte bientôt sur l’altruisme et le militantisme, ou le fanatisme sur la tolérance. Dans un thème très conflictuel, à dominante sèche (Mars et Uranus, par exemple) le côté primaire et téméraire du BELIER va éveiller dans cette caisse de résonance que constitue le SAGITTAIRE un écho amplifié à l’excès. l’ensemble a toute chance d’aboutir à l’opposé du Jupitérien normalisé, au type du sagittarien rebelle, inadapté, aventurier en rupture de ban avec la société, poursuivant dans le meilleur des cas un idéal inaccessible à force d’être immense et total ou, plus fréquemment, cultivant le risque pour le risque, faute de pouvoir se sentir exister autrement que dans l’action pour l’action, la démesure, la révolte systématique. Conséquences : surmenage physique allant jusqu’à l’épuisement irréversible, risques excessifs pris par impossibilité de résister aux impulsions agressives et se résolvant en dommages de toutes natures, corporels et matériels aussi bien qu’affectifs. Il brûle votre vie en une succession de commencements et d’abandons qui sont autant d’échecs. heureusement l'énergie est grande en chacun de ses deux signes et la faculté de récupération certaine, mais il ne doit pas oublier que si son BELIER est avant tout impatient, il est lui un inquiet, un anxieux fondamental au système nerveux beaucoup plus vulnérable qu’il n'y paraît.

 

SAGITTAIRE ASCENDANT TAUREAU

 

Il a en général un bon coup de fourchette et chez lui la gourmandise est très forte. Son contact est spontané, jovial, son expression bienveillante et sa bonhomie accentuée. Sa mise est soignée et classique. Psychologiquement, la différence aussi est grande. Il a tendance à absorber, à ruminer, sa concentration est grande et domine sur la dispersion. Il a besoin de communion charnelle avec la nature. Il aime les élans amoureux, la grande fête des sens est vécue à son maximum. Le côté SAGITTAIRE tend toute fois à l’ennoblir, la magnifier et en la transposant à l’octave supérieur, essaye d’accéder à l’infini, au divin, la libérant ainsi de l’asservissement à la volupté trop fréquente chez le TAUREAU. Son comportement est parfois possessif et jaloux, mais d’une façon tout de même moins irréductiblement obsédée. Le SAGITTAIRE est volontiers volage, surtout dans sa jeunesse, trait qui cadre mal avec le monolithisme amoureux du TAUREAU. Les situations de compromis sont difficiles à trouver en dehors de la dissimulation, de l’ambivalence et plus fréquemment, de la contradiction. Ses infidélités sont discrètes. Il est tolérant pour lui même mais intransigeant et suspicieux pour l’autre. Son tempérament est opiniâtre mais avec plus d’impulsivité, de hardiesse, de combativité et d’enthousiasme. La ténacité du TAUREAU corrige la dispersion velléitaire du SAGITTAIRE qui lui,i apporte plus d’élan, plus de largeur de vue à ses initiatives. Sagittarisés, ses buts se font moins exclusivement intéressés et égoïstes, et les moyens peuvent allier l’opportunisme habile au sens pratique prudent, l’inspiration au calcul, grâce à une intuition renforcée, des capacités d’assimilation et de discernement plus prompts, une adaptabilité accrue. Ses généreuses mais souvent utopiques visées sagittariennes se voient ramenées par le méfiant TAUREAU à de plus accessibles proportions. Parfois, ses décisions paraissent brusques, en fait, elles ont été longuement mûries, un déclic subit rompant le cercle indéfiniment répété de supputations contradictoires. La volonté d’exécution conserve le caractère entier, inébranlable, du TAUREAU, mais il est assoupli par l’idéalisme humanitaire du SAGITTAIRE. La combinaison des deux signes va aussi accroître sa sensibilité au milieu ambiant. En l’absence de dissonances majeures, le TAUREAU sélectif et soucieux de stabilité freine le SAGITTAIRE dans sa mondanité, sa tendance à sacrifier au conformisme du moment, aux apparences et aux modes. Il garde toujours un jardin secret à l’abri des curieux. Il est soit un romantique, soit un fanatique, soit un extrémiste. L’inquiétude du SAGITTAIRE inadapté, liée à la notion d’espace et à la difficulté de centrer quelque part un MOI en pleine errance, ne fait qu’aggraver l’inquiétude du TAUREAU liée elle, au besoin de permanence, c’est à dire au temps. Quand il est aux prises avec ses problèmes et a beaucoup de mal à trouver son équilibre : fougueux, il s'élance et « brûle », mais la peur le freine et il est tiraillé entre l’extérieur et l’intérieur. la tendance à la paresse et le besoin d’activité, la dispersion et le besoin de se fixer s’opposent. il lui faut, sous peine d’échec, faire un choix au prix de douloureux sacrifices : celui de l’accessoire à l’essentiel, celui de l’instant à la durée.

 

SAGITTAIRE ASCENDANT GEMEAUX

 

Mobilité, adaptabilité, dualité, tel se présente le schéma psychologique du GEMEAUX. La combinaison GEMEAUX-SAGITTAIRE tend à accentuer son instabilité d’humeur, sa tendance à la dispersion, sa soumission à l’influence du milieu en même temps que son habileté oratoire, sa subtilité et son aisance à manier le paradoxe et l’improvisation. La nécessité de sacrifier au caprice du moment atténue le respect des codes sociaux et de l’appartenance au groupe, chers à bien des SAGITTAIRES. En revanche la sécheresse calculatrice de GEMEAUX peut être tempérée par la générosité idéaliste du SAGITTAIRE. En cas d’occupation des deux signes par des planètes dissonantes, il va mélanger tendance à s'éparpiller et coordination, intensité et légèreté, diffusion et synthèse. Multiplicité et unité peuvent s’affronter, ses exigences peuvent être complémentaires mais difficiles à concilier. Du simple tiraillement entre tendances contradictoires à la dissociation grave de sa personnalité en passant par l’insatisfaction née du sentiment de vide intérieur ou d’une vie qui, construite sur du sable ne laisse que du vent. Il y a pas mal d’intermédiaires possibles. Si son Moi est très fort, il est doué, le conflit peut être dépassé grâce à une sublimation. Il trouve alors son centre de gravité, non sans remises en question périodiques dans une activité artistique : littérature, musique, peinture, théâtre, photo, journalisme.

 

SAGITTAIRE ASCENDANT CANCER

 

Combiner ces deux signes pose à la base quelques problèmes : le CANCER est le lieu des tendances féminines passives, le SAGITTAIRE celui de tendances masculines actives, chacun d’eux réclame son dû. L’un rêve tout éveillé d’un impossible autrefois, l’autre poursuit l’introuvable ailleurs. Le côté enracinement et protection du CANCER, peut aussi bien sur le plan affectif que professionnel le stabiliser. En même temps grâce à son ouverture vers l’extérieur, sa foi en l’avenir et son besoin d’expansion, il corrige la tendance nostalgique du cancérien trop souvent enclin à s’attarder inutilement sur le passé, à régresser vers l’enfance. Un cancérien calme et un sagittarien conformiste peuvent donc cohabiter fructueusement en lui. La réussite se trouve facilitée par le fait que le dynamisme et l’esprit de synthèse solaires s’appuient sur l’intuition, la finesse, la prudence et la ténacité du CANCER. Comment satisfaire les impératifs voyageurs du SAGITTAIRE ? Soit en visitant l’étranger en famille le plus souvent possible, soit en s'expatriant seul, mais avec la nécessité de retours périodiques aux sources familiales afin d’y puiser ses forces vives. Il est encore possible, qu'il parcoure le monde à travers les livres, les récits, les films ou simplement les rêves, qu'il vive en secret l’exaltante aventure d’un long et merveilleux voyage tout intérieur. Avec Mars, Saturne, Uranus en conflit avec la Lune il peut avoir des réactions de rejet ou de fuite à l’égard de sa mère et de ses substituts (la femme, les valeurs familiales, le terroir, la société dans son ensemble) qui entraîne une politique de déracinement. Il est rebelle, hostile tant aux liens familiaux qu’aux normes sociales vécues en bloc comme d’insupportables et injustifiables entraves. Cela ne fait que doubler le SAGITTAIRE velléitaire et dispersé, trop content, lui de voir multipliées les occasions de défouler à bon compte son impulsivité. Il n'est plus un voyageur, mais un nomade, un bohème, instable intellectuellement et professionnellement. Il commence tout, ne finit rien, ne se trouve bien nulle part. Paresseux ou irréaliste, il est impécunieux et ne dédaigne pas ici ou là de se faire prendre en charge. L’état de son psychisme n’est pas moins chaotique, riche en manifestations névrotiques. Aux exaltations d’un romantisme que le SAGITTAIRE enfièvre, aux emballements pour des causes utopiques, aux phases de révolte agressive contre la « tyrannie de la famille » ou de l’ordre établi, peuvent succéder des phases dépressives, suite à d’inévitables déceptions, le rejet pur et simple de ce qui avait été adoré. L’émotivité commune aux deux signes peut exagérer sa sensibilité cancérienne en réactions d’écorché vif, aggraver ses sentiments d’insécurité et son anxiété. La saine extraversion des tendances sagittariennes se trouve soit freinée au profit d’un repli sur soi stérile et d’autant plus douloureux que le sentiment d’impuissance est ressenti avec plus d’acuité.

 

SAGITTAIRE ASCENDANT LION

 

En doublant l’élément Feu, la combinaison double la triade ENERGIE-DYNAMISME-EXTRAVERSION. Loin de s'abandonner à la passivité, il se montre résolument actif, entreprenant et audacieux. De tempérament impulsif, il est enthousiaste, généreux, il a de nobles sentiments qu'il éprouve le besoin d’exprimer. Il est porté à l’exagération, volontiers vaniteux quand on le flatte. Son amitié est aussi sincère que susceptible et seigneuriale. Elle sélectionne, préférant les relations en vue, plus flatteuses pour leur amour-propre. Dépourvu de mesquinerie mais volontiers protecteur, il se révéle souvent exigeant, prompt à dominer, laissant éclater la colère à la moindre divergence d’opinion, ne résistant pas à l’humiliation. Son hospitalité est grandiose, conçue d’abord comme faire valoir, mais s'il parvient à se faire d’abord entendre, il est soucieux tout de même du plaisir de ses invités. Ses promesses sont généreuses mais pour qu'il les tienne, il faut stimuler habilement là encore son amour propre. Sa conduite amoureuse tient du même besoin de rayonnement. l'admirer équivaut à lui prouver qu’on l'aime. A partir de là, il est prêt et tout de suite à se surpasser pour conquérir l’élue… qui vient de le piéger, à lui prodiguer la richesse et la noblesse de sa passion. Sa compagne doit en toute circonstance lui faire honneur et, par son élégance et son éclat rehausser son prestige. Elle est là pour soutenir ses ambitions aux exigences desquelles elle doit se soumettre. Moyennant quoi, bien compris, il peut être un mari stable, capable d’assurer une situation enviable, ne lésinant pas à la dépense et non avare de démonstrations passionnées. Sinon il est tenté de chercher ailleurs le soutien admiratif dont il a besoin pour s'accomplir. Ajoutons que la composante sagittarienne se prête mal, ici, à certaines solutions plus spécifiquement apolliniennes : mépris et rejet de la femme dès qu’elle est conquise ou, par retrait sublimation d’un amour platonique. Le SAGITTAIRE en effet, doit trop à Dionysos, au conformisme bourgeois pour se satisfaire longtemps du platonisme. S’il est fier, il n’est pas assez froidement égocentrique et orgueilleux pour accéder au mépris. Il est également ambitieux et mondain il s'élance dans la société. Les atouts ne lui manquent pas, son intelligence est vive, organisatrice, apte aux conceptions d’envergure et aux synthèses, plus objective et réaliste que le SAGITTAIRE pur, mais néanmoins entraînée maintes fois aux jugements emportés et aux généralisations hâtives. Une très grande puissance de travail, la faculté propre au LION de concentrer le vouloir comme la pensée vers un but fixe bien que, là encore, la suggestibilité et la cyclothymie (alternance des états exaltés et dépressifs) sagittariennes rendent cette faculté plus discontinue et plus fiévreuse. Le goût du travail en groupe est commun aux deux signes. Le LION se veut l’élément moteur au centre de ce groupe, le SAGITTAIRE l’élément coordonnateur. Optimale la réunion des deux peut donner un chef complet : un autoritaire paternaliste, payant de sa personne, infatigable et efficace, capable de mener son groupe au succès. L’inflationnisme à tous les niveaux est évidemment le danger majeur, le SAGITTAIRE étant ravi de pouvoir amplifier ce que, si généreusement, lui prodigue le LION. Hyperactivité, surmenage, tendent à user prématurément son cœur, ses artères et son système nerveux, avec pour conséquences des troubles fonctionnels divers (circulatoires et cardiovasculaires notamment, ou des troubles psychiques). Il peut y avoir aussi une certaine démesure dans ses ambitions. Des réussites temporaires, l’échec survenant par excès d’ampleur, manque de patience et de sagesse. De fausses et précaires réussites sont édifiées à coup de bluff, d’illégalités, de hasard. Il veut souvent jouer les aventuriers. Tendance à la mégalomanie et parfois absence de capacités réelles. Il aime parader en public, cela n’atteint personne et provoque le mépris envers lui.

 

SAGITTAIRE ASCENDANT VIERGE

 

Le SAGITTAIRE peut apporter une note plus vivante, plus vigoureuse à ce physique peu caractéristique, plus d’aisance à une présentation un peu étriquée et gauche, à la raideur, plus de chaleur à ce contact toujours réservé, timide même du virginien. Il limite, il classe, il raisonne, il analyse, il élimine bref, il regarde de près en lui , et autour de lui avant de se laisser aller à l’action. Circonspection, méfiance même, mesure et sang-froid, économie et prévoyance, sens critique et sélectivité telles sont ses principales qualités. Le revers de la médaille apparaît lorsque la nécessité d’adaptation défensive propre au signe butte chez lui à la fois contre l’excès de méfiance et une insuffisance de moyens énergétiques ou intellectuels. L’ambivalence déjà fréquente chez le virginien type ne peut ici qu’être aggravée, solution la plus courante à ses incompatibilités. : le frein et l’accélérateur jouent successivement ou, dans des domaines différents, simultanément, donnant lieu à des conduites contradictoires ou ambiguës. Il arrive que trop serré aux entournures le vêtement craque. C’est le timide en proie à toutes les audaces, incongrues d’ailleurs. Sous son amabilité courtoise, sinon chaleureuse perce subitement le mépris. Sous l’accord, en apparence sincère et convaincu, se flairent dissimulés, la réticence, le calcul, la manœuvre de sape. Il peut être tour à tour poli et grossier, pudique et impudique, dépensier et radin. Sa vie affective, elle aussi tiraillée n’est pas exempte de problèmes, l’ascendant VIERGE implique une méfiance totale envers les excès de la passion et, s'il est évolué, une propension au retours sur soi, à l’analyse critique et desséchante des émotions et des sentiments. Si le Soleil se trouve seul au SAGITTAIRE, de type plutôt paisible, il va choisir l’élu en se fondant sur un accord de bienséance, d’honnêteté réciproque, de communauté relative d’idées et de goûts qui, s’il ignore les transports sublimes du grand amour, en évite aussi les complications, sans exclure la tiédeur équilibrante de l’affection partagée. Si le SAGITTAIRE est très occupé, l’amour n’a plus le même sens. Pour lui il est vécu comme un merveilleux moyen de connaissance du monde, comme une aventure exaltante qui, en le transportant très au-delà de ses propres limites, l'enrichit et l'ennoblit. Dans ce cas, il n’est pas exclu, que surtout dans sa jeunesse, le virginien timoré, veillant à l’ascendant se laisse déborder, une ou plusieurs fois, par son impulsif adversaire, dans l’inconfort du désaccord, et, donc pour une durée plus ou moins brève, ordre, convenances, raison, sécurité, reprenant un jour ou l’autre la main, non sans quelques regrets. Passé la quarantaine, cette méthode des essais et des erreurs peut aboutir à une union réalisant une solution de compromis satisfaisante, ni trop emportée ni trop terne, qui n’empêche pas cependant, ici ou là, la résurgence musclée à grand renfort de rationalisation, d’élans plus fougueux.

 

SAGITTAIRE ASCENDANT BALANCE

 

Cet ascendant agit par un renforcement des tendances mondaines communes aux deux signes, en conférant en outre à sa sociabilité un caractère assez nonchalant, aimable, sélectif. Il est plus un esthète qu’un conquérant. Il y a chez lui une sourdine relative à ses réactions abruptes, autoritaires ou passionnées. Ses relations y gagnent en facilité, en habileté, mais elles peuvent aussi, à moins que Saturne n’intervienne, perdre en profondeur ce qu’elles gagnent en aisance puisque pour la BALANCE l’important c’est avant tout que, même superficielles, même éphémères, les relations existent et qu’elles soient sans problèmes. La chaleur, la générosité foncière du SAGITTAIRE peuvent éviter le glissement vers l’indifférence aimable, mais réelle si souvent reprochée à la BALANCE. La mobilité est un autre trait commun aux deux signes (Feu, Air), relevant chez le premier du besoin de dépense d’énergie et chez le second d’une fonction défensive. Son affectivité et son intelligence en portent la marque. Par son côté SAGITTAIRE, il a parfois tendance à disperser ses amitiés au lieu de les sélectionner, à décevoir ses amis par des promesses non tenues, la sincérité l’emportant sur le réalisme. Le côté BALANCE promet tout autant, par souci de se faire bien voir, mais on ne tient pas toujours non plus : il faut peut être se battre, contrarier quelqu’un, c’est trop difficile. Il est en outre très facilement déçu : y aurait il des êtres méchants ou simplement rugueux ? vite il cherche ailleurs un plus aimable quitte à s'apercevoir bientôt que c’est pareil. Alors pourquoi, souple comme il est ne pas revenir à ce qu'il a quitté. D’un côté, une évidente et convaincante sincérité, et de l’autre, un charme incontestable, c’est plus qu’il n’en faut pour se faire pardonner. Il y a fort peu de chance qu'il s'oriente vers le choix anticonformiste d’une partenaire de race, d’origine et de milieu totalement différents. Pas davantage de chances qu'il admette certaines attitudes de la BALANCE : céder et céder encore pour avoir la paix, fermer les yeux pour ne pas voir, se soumettre au masochisme pour n’être pas abandonné. Si cela lui arrive, il en souffre dans sa dignité, et plus le temps passe, plus son attitude vécue comme une faiblesse le diminue à ses propres yeux, il lui faut un jour ou l’autre faire violence à ce soumis, à ce craintif qui est en lui, pour retrouver, par un moyen ou par un autre mais sans fracas, le sentiment de son indépendance, de sa liberté intérieure, condition d’une nécessaire estime de soi. S'il n'y parvient pas, il en est réduit aux oscillations, allant d’un pôle à l’autre sans se décider et dans le déséquilibre, usant beaucoup d’énergie, dont il ne dispose plus pour autre chose, à vouloir concilier l’inconciliable. L’intervention de Jupiter simplifie parfois le problème. Les deux composantes s’allient pour trouver des solutions, c’est le maintien sans heurts de la complémentarité du couple dans une tolérance réciproque et commode, attentive à ne pas dépasser certaines limites, c’est l’harmonie des goûts, l’élégance des mœurs et du décor dans une aisance confortable, le déploiement de la vie sociale dans un milieu choisi. Sur le plan intellectuel, c’est l’alliance d’une intelligence vive, curieuse de tout, portée aux conceptions larges et aux vues synthétiques, à une intelligence souple, prompte à établir des parallèles comme à saisir les contraires, capable d’objectivité, soucieuse de peser le pour et le contre et de penser juste. Ces qualités trouvent à s’épanouir dans le droit, la philosophie, l’esthétique notamment, car la BALANCE a des goûts artistiques marqués plutôt qu’un don de créateur, dans les affaires surtout si elles se rapportent à la décoration, la mode, l’esthétique ou les objets d’art, dans la politique enfin, à tendances centristes évidemment. Il est l’opportuniste souriant aux résultats souvent excellents sur le plan de la réussite sociale et matérielle, mais plus contestables sur le plan moral, philosophique ou politique. Le succès est rare. Le plus souvent les conduites ne sont qu’ondoyantes et leur efficacité bien mince. Il s'appuie sur de séduisantes présupposés théories que les résultats démentent : la justice et la paix tant courtisées continuent à se refuser, voire à se rebiffer. Reste à se réfugier dans l’intellectualisme, ou la phraséologie tient lieu de réalisation pratique, où dans un neutralisme aimable, qui laisse le champ libre à de plus déterminés.

 

SAGITTAIRE ASCENDANT SCORPION

 

Il est impulsif, ambitieux, fier, susceptible et irritable aussi, mais combatif et généralement plus stimulé que découragé par les échecs. Son intelligence vive et intuitive est aussi pénétrante. Son assimilation demeure prompte mais moins fugace, la faculté d’analyse certaine. Il existe de grandes possibilités de réalisation en lui car le SCORPION apporte là, toute sa puissance énergétique, renforcée par le besoin d’activité du SAGITTAIRE, son esprit méthodique, sa faculté de concentration et surtout sa volonté tenace, celle qui justement fait défaut au SAGITTAIRE pur. Grâce à ce même SCORPION, l’affirmation de soi qui demeure une nécessité est soutenue non plus seulement par le sentiment de supériorité, mais par la fermeté de caractère. Il sait s'opposer, moins soumis à l’impératif de sociabilité, il ne se laisse pas faire. Grâce au SAGITTAIRE, son attitude est cependant plus souple, plus ouverte et plus généreuse. Sa volonté, moins impérieuse et brutale sait allier l’opportunisme et le besoin de dominer, le réalisme et l’idéalisme. Dans ce duo, le SAGITTAIRE chante l’adaptation, l’adhésion, la participation au collectif dans ses modes, ses idées, ses tendances les plus actuelles. C’est la communication aisée et souple, le dialogue toujours ouvert dans la sympathie, la compréhension et la tolérance réciproques. On sacrifie à l’opportunisme, on prône le libéralisme, on rassemble au maximum sans trop se soucier d’homogénéité. Mais en dessous, le SCORPION n’oublie rien de ce qui, justement, les sépare, lui, individu, de ce groupe et ce qui l’y oppose. Il est assez habile pour déceler les points faibles des autres, percer à jour les inimitiés et les rivalités à l’œuvre. Démonter le ressort caché de ses attitudes et en jouer diaboliquement. Il caresse et il fustige tour à tour il sait donner confiance ici, menacer ou inquiéter là, ailleurs critiquer ou approuver, susciter les complicités ou fomenter la division. Il tisse les fils au centre d’une toile pour y prendre ce « collectif » qu'il méprise plus ou moins inconsciemment, mais auquel il est tout de même qu'il le veuille ou non, étroitement lié. Son attitude idéologique peut aller jusqu’à une idéalisation extrémiste et opposante de la dureté où il entre, là encore, du mépris pour le troupeau veule et soumis, en même temps qu’une incurable nostalgie de la pureté et de la grandeur, celle d’un ailleurs situé tout là-haut, délivré des laideurs terrestres. En art, le génie n’est pas rare, grâce à une alliance de l’intensité et de l’ampleur canalisée par la puissance de sublimation et de concentration sur l’œuvre à accomplir coûte que coûte. Il peut d’ailleurs y avoir quelque chose de dévorant dans cette passion vouée à l’œuvre, objet suprême. Quels qu’en soient les modes d’expression, son art comporte toujours, avec des dosages très variables, l’humour noir, l’ironie, la passion, la subversion, le tragique, entrecoupés d’oasis de ferveur apaisée et sereine, fruit de dépassement sagittarien. Sur un mode moins créateur et moins exceptionnel, l’individualisme refusant et opposant peut trouver un mode d’expression adapté dans la profession, du moment qu’il est possible là, de lutter contre quelque chose ou quelqu’un. Il n’accorde pas son amitié à n’importe qui. Même si pour des raisons de convenances sociales il s'efforce de paraître aimable et tout à fait accessible, on sent derrière son sourire l’existence d’un mur qu’on n’est pas autorisé à franchir, dans l’immédiat tout au moins. Il ne recherche pas la facilité ou le brillant des relations. Il est plus exigeant. Moins prolixe que le SAGITTAIRE pur, il étale moins ses sentiments, retenu par une sorte de pudeur. Quand il les exprimez, c’est avec une intensité concentrée. il ne bluffe pas, il ne ment pas, mais il ne dit que ce qu'il veut bien révéler. Ami sûr, capable de dévouement, il entend être payé de retour. N’aimant pas à se disperser, il n’aime pas non plus partager. Exclusif et ombrageux, il se dissimule volontiers derrière l’ironie. A noter enfin que, dans ses relations amicales avec le sexe opposé, il introduit une assez trouble ambiguïté, le sentiment y est à la fois trop passionné, et plus ou moins inconsciemment, trop lié à des notions d’interdit ou d’inaccessible pour être aussi simple et pur qu’on se plaît à le croire : même muselée la sensualité est toujours là. Sa vie amoureuse est rarement de tout repos. Si le SAGITTAIRE est dans la majorité des cas d’une sensualité saine et tonique, celle du SCORPION est plus impérieuse, plus âpre et plus déterminante aussi. Dans les cas bien adaptés, l’amour bourgeois peut exister mais sa pérennité n’est pas certaine. La tolérance n’existe guère, sinon à sens unique. Il peut y avoir ici plus qu’ailleurs des crises de gravité très diverses. Il est rare que le fond SCORPION ne réclame pas un jour ou l’autre sa part de déchirements et de sado-masochisme. Lorsque les facteurs d’équilibre l’emportent, on n’atteint pas aux paroxysmes tragiques, mais le climat amoureux souvent tendu sur fond d’angoisse ne peut se délivrer ni de la jalousie agressive ni des ambivalences : possession-rejet, amour-haine du SCORPION. Doué d’un amour authentique de la vie, pourvu d’une bonne santé naïve, le côté sagittarien fuit la destruction et ne la comprend pas. Il n'est pas à l’aise dans les subtilités tortueuses du sado-masochisme. Il peut être vulnérable nerveusement, et ne résiste pas indéfiniment à l’angoisse. Il s'épanouit mal et se fatigue. Les forces de vie peuvent l’emporter mais, la faculté de renaître de ses cendres n’est pas infinie. Si les crises se répètent, l’épuisement survient un jour ou l’autre dans ce combat interne et il semble bien alors que le côté SAGITTAIRE ait perdu.

 

SAGITTAIRE ASCENDANT SAGITTAIRE

 

Il est plus réactif qu’actif. C’est sous une forme de réactivité incessante, musculaire, mentale, émotionnelle, que s’écoule ici l’énergie. Il peut paraître agressif, en réalité Il n'est qu’impulsif, mais d’une impulsivité que les mécanismes d’inhibition tendent à émietter. Il a en fait plus de mobilité que de puissance combative. Il ne cherche pas à dominer ce qui ne ferait que l'encombrer. Cette très grande perméabilité au milieu a pour corollaire l’extrême diversité des aptitudes et de leurs expressions, mais aussi de leur discontinuité. La très vive curiosité exploratoire qui sous-tend la découverte et la conquête de l’espace a tendance à se disperser du fait de la multiplicité des impressions reçues. Son attention ne se fixe pas longtemps sur le même objet. Sa mémoire enregistre très vite, mais, elle oublie aussi vite. Les associations d’idées y triomphent en feux d’artifices déclenchées par les plus fugaces variations de l’ambiance, par les contiguïtés et les ressemblances essentiellement. Il a plus de verve que de profondeur car il comprend ou croit comprendre, trop vite sans s'attarder assez, il saisit d’emblée les diversités, mais il a parfois du mal à faire l’unité. Il n’excelle pas dans l’abstraction, la complexité du vivant lui convient mieux. Il est plus à l’aise dans la sociologie par exemple que dans les mathématiques. Son raisonnement procède comme sa démarche, par bonds successifs, sautant des étapes, laissant des trous, commettant faute de rigueur des confusions… Son intuition inspirée, prophétique parfois est apte à pressentir les analogies lointaines comme à confondre généralisations hâtives et vérités démontrées. L’imagination tout aussi alerte, colorée au surplus, s’épanouit dans le symbolisme, excelle dans la métaphore, l’allégorie, le conte. L’affectivité est bien sûr débordante, mais épuisée par la multiplicité des états d’âme ressentis à un rythme accéléré, sa tension retombe, et à l’exaltation succède la dépression. C’est le triomphe de la cyclothymie. Sa volonté suit le même parcours d’élans et de retombées, et l’obstacle la décourage plus qu’il ne la stimule. Le sentiment de soi, peut ici n’être que mouvant, sans cesse projeté ailleurs, sans insertion spaciale fixe et nettement délimitée, sans permanence non plus. Pour que cette nécessité congénitale d’égocentrisme puisse trouver à la fois une insertion ferme et sa bonne forme d’expression au sein d’une relation, à l’étranger et au collectif en perpétuel mouvement, il est nécessaire que des éléments de stabilité de cohésion complètent se sagittarien et que le Soleil puisse jouer harmonieusement et fermement son rôle. Si les éléments de cohésion font défaut, il risque d’errer à travers les trop nombreuses et mouvantes sollicitations de l’extérieur sans jamais se trouver, sans authenticité propre.

 

SAGITTAIRE ASCENDANT CAPRICORNE

 

Avec un ascendant CAPRICORNE, le SAGITTAIRE a tendance à se saturniser. Il est enthousiaste, entreprenant et généreux, actif et réactif, ennemi de la contrainte, mais très réceptif au milieu, d’une affectivité débordante aux élans impétueux soumis à des lendemains dépressifs. Son intelligence reste rapide, son attention mobile et sa volonté à éclipses. Mais il y a aussi en lui quelqu’un qui est conscient de ses limites, circonspect à l’égard de ses propres emballements, un introverti capable de prendre du recul par rapport à lui-même et au monde, qui aime l’analyse et l’introspection, qui veut l’expansion mais ne la confond pas avec la fuite en avant. Il se sait trop impulsif, diffus, velléitaire, trop soumis aux suggestions et tenté par l'impatience et l'excès de vue de survoler les choses au lieu de les approfondir. Il est donc mieux à même que quiconque de se corriger puisque une bonne entente avec son ascendant CAPRICORNE peut lui fournir les moyens en même temps qu’elle lui apporte la lucidité. Le désir de rayonnement ambitieux est généralement très fort, surtout dans le cas où le Soleil occupe une position très angulaire. Parfois il va s'efforcer de choisir une direction et de s'y tenir. Si il y parvient, toute son énergie et ses facultés vont être canalisées sur l’ascension à opérer. Sur le plan des affaires c’est, après un départ souvent modeste, la conquête des espaces de plus en plus vastes de façon à devenir une puissance. L’alliage de l’ambition et de l’ouverture d’esprit mène très fréquemment à l’enseignement supérieur ou à la politique. Spirituel, il obéit à une morale très élevée qui comporte pour lui même une ascèse, mais qui entend utiliser sa puissance au sein du monde, plutôt que dans un couvent, au profit du bien. Artiste, c’est la rigueur de la construction alliée à l’ampleur de l’inspiration et la nécessité d’une dimension philosophique. Son ambition peut se satisfaire de rêves où d’ébauches qu’on abandonne les uns après les autres, pas davantage d’apparences. Il lui faut des résultats concrets et stables. Pour atteindre ses objectifs, il sait utiliser certains atouts sagittariens : intuition ou inspiration, mais il entend les conforter d’éléments plus éprouvés : analyse, lucidité, objectivité, patience. Il brasse moins d’idées et moins de projets. Il réfléchit et approfondit avant d’agir, il cherche à s'appuyer sur des faits et des certitudes. Il programme dans le temps comme dans l’espace en essayant de consolider l’acquis au fur et à mesure. La lucidité toujours en éveil tente de calmer l’énervement et l’impatience lorsque les circonstances sont peu favorables et les projets insuffisamment mûris, maîtriser étant en effet ici une nécessité fondamentale. Il y a moins de gaspillage d’énergie, mais de la souplesse et du calcul : quand on ne peut pas enlever l’obstacle d’emblée, on le contourne. L’autorité ferme, est elle aussi nuancée de souplesse. L’éthique, idéaliste est celle d’une tolérance attentive à respecter la morale. Il s'attache à la pérennité des valeurs. Il défend parfois la morale avec fougue, mais sans tomber dans le bla-bla. L’esprit d’équipe existe mais il n’est que relatif. A quelque échelon social que ce soit, les relations aux autres tendent à perdre leur caractère spontané et familier, il s’y glisse toujours une certaine distance plus ou moins perceptible. Il n’inspire pas d’emblée la sympathie des foules, ce qui d’ailleurs lui est indifférent, mais il gagne généralement à être connu. On le recherche volontiers comme point d’appui car on lui reconnaît un jugement sûr et on le sait fiable. Dans l’examen des problèmes, il apporte un esprit de conciliation et de compréhension large tout en demeurant réaliste. Il souhaite satisfaire aux nécessités contemporaines et mondaines sans sacrifier au snobisme ou aux modes. Il essaie d’aménager sa rigueur capricornienne, il ondoie, il fait quelques concessions en vue de ménager l’avenir, tout en refusant un opportunisme éhonté. Malheureusement, à l’expérience, son idéalisme est parfois déçu, alors, il accuse le coup et découragé, fait retraite. Il reprend des forces en analysant ses erreurs et lorsqu'il a mûri son échec, vous ré-attaque le problème autrement. C’est une association de contraires. L’égocentrisme, accentué par le Soleil angulaire, se concilie parfois assez mal avec les idéaux de justice, de liberté et de tolérance humanitaires. L’ambition aussi qui, exige pour se réaliser : la continuité d’un choix, donc le sacrifice d’autres intérêts. La ténacité de la volonté est peu compatible avec les sautes d’humeur. la fermeté de son caractère, lui permet de s'en tenir à ses propres décisions sans subir les influences alentour. Le sens des responsabilités et de la discipline intérieure le conduisent à accepter des contraintes dont il se passerait volontiers. Peu réussie, cette synthèse conduit à des comportements contradictoires qui traduisent la difficulté de parvenir à l’unité intérieure et gênent les réalisations. Sa jeunesse, lui fait alterner le chaud et le froid, tour à tour expansif et renfermé, superficiel et grave, hâtif et pondéré, laxiste et rigoureux, enthousiaste et sceptique, désintéressé et calculateur, altruiste et égoïste, mystique et matérialiste. C’est en mûrissant qu'il va trouver son équilibre : le CAPRICORNE l'y aide en lui donnant, tôt ou tard, la force de cohésion nécessaire à son unité. Le SAGITTAIRE de son côté lui évite certains écueils très capricorniens : le repli sur soi mélancolique par sentiment d’impuissance et d’échec ou, sinon l’intransigeance, le sectarisme. Il peut avoir beaucoup de relations avec lesquelles il entretient des rapports cordiaux mais de commande. L’amitié, la vraie, est beaucoup plus rare. Elle s’établit dans la précipitation. Même ressentie intuitivement au premier contact, il faut compter avec la retenue capricornienne. L’estime réciproque est une condition sine qua none. Exigeant sur la qualité de la réponse, il n'a aucun goût pour la tyrannie et beaucoup trop de fierté pour se montrer jaloux mais, aidé en cela par une tendance sagittarienne à s’ingérer, il devient assez facilement un peu conseiller, un peu moralisateur. Sa franchise relève plus d’un principe que d’un mouvement impulsif. Moins passionnel, il est plus rigoureux et plus définitif. C’est une amitié qui pardonne très mal le mensonge et qui a de la mémoire pour les bienfaits comme pour les offenses, tout en demeurant grâce au SAGITTAIRE peu capable de rancune. Il se rappelle les promesses, celles des autres, mais aussi les siennes qu'il se fait scrupule d’honorer, évitant ainsi de les formuler à la légère. Dans la difficulté il sait être présent, et sans excès démonstratif, efficace. Sa vie amoureuse doit tenir compte à la fois de son ambition et du caractère contradictoire de son affectivité placée entre l’élan et la crainte, le besoin de s’extérioriser et celui d’être maîtrisée. Avec un ascendant CAPRICORNE, ses sentiments sont plus profonds qu’épidermiques. Pour être contenus, il n’en sont pas moins exigeants ou violents, mais ses blessures cicatrisent moins facilement, car il a alors plus de mémoire et moins de confiance en lui. Il tend aussi à se défendre contre l’attachement, conscient des souffrances que celui-ci risque d’entraîner. Il désire connaître la passion, il l’éprouve mais il hésite à y céder par peur des ravages qu’elle risque de provoquer. Si les valeurs sagittariennes l’emportent, sa vie amoureuse peut s’orienter vers la fougue en plusieurs unions successives que l’exigence et l’insécurité tendent à rompre pour les rejeter presque aussitôt. Dans un thème plus calme, elle se résout vers la trentaine, après une succession d’aventures, par une union fondée sur l’estime, le crédit social, les affinités intellectuelles ou ambitieuses. C’est au détriment de tout le reste dont la résurgence peut un jour susciter brusquement une crise, en réalité longuement couvée et généralement résolue par le retour, plus ou moins nostalgique ou amer, au raisonnable. Dans les cas très adaptés, la sublimation joue un rôle prépondérant en faisant dériver l’ensemble des énergies sexuelles et affectives sur des intérêts professionnels, intellectuels ou artistiques. Sa volonté peut aussi maintenir la fermeté d’un choix qui a consciemment impliqué le sacrifice de ce qui, au départ, a été jugé comme transitoire et mineur.

 

SAGITTAIRE ASCENDANT VERSEAU

 

Le tempérament est d’autant plus fougueux que la rapidité et l’instabilité des réactions, commune aux deux signes se trouvent ici redoublées. Mais s'il est réactif, il sait aussi se montrer actif. Son impulsivité et l’enthousiasme débordent souvent sa réflexion. L’impatience sagittarienne, si elle donne libre cours, entraîne des comportements changeants, trop précipités, aventureux. L’optimisme et la confiance en soi conduisent fréquemment à la présomption. Si à l’intérieur de cette combinaison SAGITTAIRE-VERSEAU, des éléments de retrait ou de freinage interviennent, il apparait complexe et contradictoire : impulsif et retenu,expansif en surface mais renfermé en profondeur, tenté par l’aventure surhumaine, mais aspirant au fond de vous à la sagesse. Son intelligence, généralement prompte, se caractérise par de fulgurants éclairs d’intuition et une aptitude à comprendre les choses du dedans. Épris de clarté, il manque cependant assez souvent de rigueur et de cohésion, mais il manie le paradoxe et la contradiction avec beaucoup d’aisance. si le VERSEAU ou Uranus l’emportent sur le SAGITTAIRE et Jupiter, il a le souci de la vérité qui le pousse à comparer, chercher, scruter l’au-delà des apparences et à démystifier les idées toutes faites. Le goût de la lucidité et l’aptitude à l’autocritique l'orientent parfois vers les sciences humaines et l'incitent à pratiquer l’introspection, l’auto-analyse, dans un but constructif de progrès personnel. Sa largeur de vue est extrême, sa curiosité aussi qui s’étend, ici, à l’époque et à l’être humain tout entier qu’elle cherche non seulement à explorer, mais à comprendre dans leurs caractéristiques, leurs idées, leurs motivations, leurs mécanismes, tout en s’efforçant de déceler ce qui y est contenu en germe. Il est capable d’une pensée authentiquement originale. Son esprit peut s’orienter vers les techniques, toujours avec la visée sous-jacente de progresser et d’innover. Son esprit prend une tournure inventive plus ou moins marquée. Il se manifeste en lui un intérêt pour la connaissance en tant que telle. Il a le goût des idées neuves pour lesquelles il prend fait et cause un peu trop rapidement, l’amour de la liberté, le sens et le besoin du groupe, mais il conserve en même temps une tendance plus ou moins consciente à le conformer au milieu. Lorsque Mars ou Uranus interviennent en force : il est alors tenté par la révolte. Il pousse le refus du milieu jusqu’au défi ou au scandale, cherche à bousculer les usages, les routines et les préjugés pour être lui-même à part entière. Mais il lui faut une très forte personnalité pour réussir à vivre son aventure prométhéenne et pour surmonter le sentiment d’insécurité provoqué par sa situation « hors norme ». Il est en même temps un sincère, un être de foi qui croit en l’homme et ne l’avenir de l’humanité, il les idéalise tous les deux, et très souvent naïvement. L’ascendant VERSEAU le cérébralise tout en vous donnant non plus le besoin du seul mouvement, mais celui d’une action mise au service d’un but ou d’une cause. Le SAGITTAIRE incline à se battre pour les faibles et les opprimés, tandis que le VERSEAU lui, élargit et hausse le combat à la notion de bien commun et de progrès de l’humanité. Il est pourvu d’un MOI fort, il est capable d’acquérir en souplesse une indépendance d’esprit et d’action authentique, en utilisant l’adaptabilité sagittarienne qui cesse d’être une fin pour n’être plus qu’un moyen. Il peut alors donner l’apparence de se soumettre aux normes du milieu, mais en réalité, il est bien décidé à en opérer le dépassement dès qu'il peut le faire. Il est habile, quitte à se montrer changeant, multiplier les occasions de contacts et d’alliances qui lui permettent d’utiliser les gens et les circonstances pour parvenir à ses fins. Cela se comprend d’autant mieux que fréquemment l’Ascendant en VERSEAU est assorti d’un Soleil en Maison X, qui le conduit à se projeter dans une activité ou une profession donnant accès au plus large espace humain possible. En SAGITTAIRE doué, il peut devenir chercheur, découvreur, réformateur ou rénovateur plus ou moins hardi. Il est quel que soit son domaine d’action (industrie, finances, politique, art, philosophie, sciences) un homme de progrès, un révolutionnaire pacifique. Il plane trop s