17/05/2016

 

LE VERSEAU

 

LIBERTE D’EXPRESSION – CONCEPTS DE FRATERNITE UNIVERSELLE – ESPRIT DE PARTICIPATION

 

FIXE - AIR

 

L’Air, élément de communication, fait l’objet d’un travail en profondeur lorsqu’il s’unit à la persévérance et à l’opiniâtreté. On définit souvent ce signe comme altruiste. Or, il a pour maître Uranus (l'indépendance,la révolution, l'esprit mathématique). La persévérance du signe Fixe s’ajoutant aux qualités relationnelles (Air) font que le VERSEAU possède une grande capacité de participation dans le cadre des structures établies. Le signe du VERSEAU ouvre à la conscience des hommes sans distinction de sexe, ni de race. Grâce aux caractéristiques de concentration (Fixe) propre à cet élément (Air) on découvre l’énergie VERSEAU. Il s'arrange pour établir des rapports sociaux amicaux au sein d’une collectivité qui promeut un idéal commun. Il y participe activement. La tonique du signe est à l’origine de nombreux mouvements culturels parmi lesquels il se sent bien. Les caractéristiques de son signe alimentent parfois des rêves utopiques, car il se perd parfois dans l’irrationnel. C’est souvent grâce à ses qualités que s’améliorent les relations et que les consciences s’ouvrent à une réelle fraternité. Il peut utiliser le pouvoir social tout comme le pouvoir de sa personnalité. Son idéalisme devient alors trompeur, dans le sens où ses idées originales servent une minorité. Il est plus facile de se mettre à la disposition du monde que de le construire. Son originalité et son ouverture d’esprit n’ont souvent rien à voir avec la manière dont il les vit. Ce signe est aussi celui des grands bavards et de ceux qui arrivent à faire croire n’importe quoi aux autres. Il connaît mieux que personne la façon de se servir des autres à ses propres fins. Il est néanmoins porté à aider les autres. A force de s'identifier à l’humanité il peut oublier sa propre existence jusqu’à en devenir inconsistant. La juste mesure est de cultiver son ouverture d’esprit sans perdre le contact avec la réalité.

Le signe du VERSEAU est un signe Emissif-Masculin par l’Air qui le compose.

 

VERSEAU ASCENDANT BELIER

 

Voilà un mélange détonant ! Il ne passe pas inaperçu. Si rien dans son thème ne vient augmenter ce dynamisme tout va bien : la résistance spontanée de l’un appuiera l’effort de renouvellement de l’autre et l’abord sera gai, vif, remuant. Il est le boute en train du groupe et on ne peut pas lui résister quand il désire quelque chose. Il est compréhensif, mais le BELIER rend ses choix rapides, ses préférences tranchées et il a du mal à les exprimer sans blesser personne. S'il s'enthousiasme pour une idée, sa fougue respectera les opinions d’autrui, quoi qu’il lui en coûte, mais il sera intransigeant si l’enjeu en vaut la peine à ses yeux : défendre un idéal, un ami, une discipline. Rapide dans l’exécution de ses tâches, il voudrait qu’elles soient finies avant même de les avoir commencées. Intuitif, il saisit rapidement ce qu’on lui expose. Impatient, il néglige de l’approfondir et reste, parfois superficiel. Il est souhaitable d’avoir, près de lui, un mentor habile qui calme son ardeur et réalise, dans le détail ce qu'il a esquissé. Il faut le choisir solide, car sa suractivité le mettra vite sur le flanc et il le quittera épuisé. BELIER bien adapté, il le remplace sur l’heure en pestant contre le temps perdu, mais le VERSEAU comprend la situation, se fait des reproches tout en se réjouissant du changement. Professionnellement, l’association VERSEAU-BELIER aime la prompte réussite et si le succès tarde, il cherche ailleurs une compensation à ce qu'il considère comme un échec. Dans la vie quotidienne, le plus urgent est toujours ce qui plaît : il choisit une tâche qui corresponde à l’humeur du monde et laisse le reste. il achète vite, et paye ses erreurs. Il aime ce qui est original et de couleur chatoyante : il lui arrive de passer devant une vitrine et d’acheter un objet ou un vêtement dont il n'a nul besoin mais qui l'a séduit. Tant pis, si rentré chez lui il se révèle immettable : il ne le portera jamais. Dans la maison pas d’armoires encombrées ni de petits bouts de ficelles ne pouvant servir à rien : les objets doivent être en état de marche, et s’ils résistent aux réparations, il les jette. Il voyage avec une brosse à dents et quelques vêtements. L’enthousiasme et l’impatience signent la vie sentimentale VERSEAU-BELIER. Si quelqu’un lui plaît, c’est par opposition à un autre qu'il déteste. Sa nouvelle conquête, avec les préliminaires sont réduits au strict minimum, inspire un lyrisme naïf qui prend tout ce qui brille pour de l’or, jusqu’à la prochaine déception. La fuite alors est rapide et son nouveau choix aussi soudain que le précédent. Si l’ascendant BELIER est vécu dans l’inadaptation, la démesure s’installe. Il s'épuise à répondre toujours plus vite aux sollicitations de son environnement, il lui faut tenter toutes les expériences les unes après les autres, sans jamais revenir en arrière. S'il ne sublime pas ses pulsions par une création artistique ou un dévouement à une cause altruiste il risque d’être un VERSEAU qui met les gens dans l’embarras pour l’éventuelle satisfaction de les en tirer.

 

VERSEAU ASCENDANT TAUREAU

 

Dans une alliance VERSEAU-TAUREAU, l’entente semble problématique : l’un recherche les contacts pour extérioriser une excitation bloquée par l’hiver, l’autre concentre sa vigueur pour s’isoler de l’environnement et se vouer à l’essentiel. Entre ces deux signes le dialogue est parfois difficile, les buts étant différents. Mais l’association des deux peut aussi être féconde. S'il est un VERSEAU très valorisé, la prudence du TAUREAU saura mettre un frein à ses emballements. Dans la vie professionnelle, toutes les innovations seront permises, mais les initiatives les plus osées auront leur contrepoids de réalisme : l’imprévu sera canalisé, organisé. Si les valeurs TAUREAU priment, du fait d’une importante occupation planétaire, elles peuvent brimer, par excès de prudence, l'invention, l’amour des autres et de la liberté du VERSEAU. Elles lui montreront en les grossissant, les complications qu’apporte tout changement et vanteront le confort de l’immobilisme. Cette dualité peut donc retarder ses réalisations en étouffant le goût du risque et en enlevant toute crédibilité en des intuitions futuristes dont le VERSEAU est fécond. Parier sur l’avenir est pour le TAUREAU l’équivalent de tirer un chèque sans provision. Sentimentalement, sa vie est sans contraintes et ne noue que des liens librement consentis. Il ne court pas pour autant deux lièvres à la fois : l’amour du moment est seul valable et induit toute autre possibilité. Le sens de la composition lui permet de garder comme ami l’amour de la veille, car il brûle rarement ce qu'il a adoré. Ses amis sont sa famille et il prend soin d’eux plus que de lui : en général, ils lui le rendent bien. S'il est le VERSEAU bon teint, son système nerveux est fragile : bénissons donc la composante TAUREAU qui l'incite à dormir quand il en a envie, à manger par gourmandise sans penser à son foie, ses reins ou sa cellulite et à pratiquer un doux farniente quand l’inspiration lui fait défaut. Il se sent un peu coupable, mais tellement détendu. C’est elle aussi qui le fait languir après le brin d’herbe, contempler les merles dans le jardin. La réactivité du VERSEAU lui évite peut être les difficultés de contact ou la paresse qui envahissent parfois le TAUREAU, à moins qu'il ne renouvelle dans l’isolement et la routine, la fraîcheur d’un œil candide qui saisit la cocasserie de la situation, l’humour d’une remarque, ou la lueur d’espérance qui subsiste dans le chaos.

 

VERSEAU ASCENDANT GEMEAUX

 

Ces deux signes ont le goût des contacts humains. Inspirés par une finalité dynamique au VERSEAU, ils s’étalent complaisamment en GEMEAUX en élargissant le dialogue avec le monde extérieur. C’est dire que ses relations sont nombreuses et entretenues sans efforts. Il apprécie les mondanités à condition qu’elles aient une utilité et un but : il est le président actif d’une œuvre, le représentant habile d’un groupe, car il sait apaiser les tensions, et son liant est plus efficace qu’une obstination cassante. Si son imagination n’a pas la dimension de celle de Jules Verne qui parcourut le monde sans jamais sortir de chez lui, elle est quand même importante. Indépendant, par le VERSEAU, les GEMEAUX le soumettent à leur ambiance. Il est le témoin rêvé et sait raconter en larges traits les événements les plus variés. L’ascendant peut disperser ses buts car il a parfois du mal à faire un choix, à exclure des opportunités parmi les intérêts qui le sollicitent : il les vit intégralement, quitte à se renier. Il aime plaire…. De toutes les façons ! quelle que soit sa morphologie, il pèse une plume, sa démarche est vive, légère, à la manière des gros qui dansent bien. Vêtu avec recherche, il porte allègrement les tenues les plus absurdes… et cela lui va bien, car sur lui, tout bouge, il préfère le flou, aux vêtements ajustés, et c’est lui qui renouvelle sa garde robe, en la modifiant. Sentimentalement, le flirt est son affaire, il est un spécialiste de l’aller retour, et dit avec sérieux : comme vous êtes belle, pour séduire sans s'engager. Chez lui la sensation devient idée et il colonise l’espace comme un danseur. Il doit prendre garde de ne pas être un Pygmalion collectionneur qui aime pour se mirer dans ses conquêtes et les modeler à sa guise. Dans l’inadaptation, il dit oui à tout sans rien réaliser, il sème à tous les vents les inventions les plus burlesques et il peut vendre avec brio n’importe quoi. S'il n’y prend pas garde, il peut perdre son identité à la manière des sujets que le prestidigitateur fait disparaître, et l’on ignore toujours s'il est passé par la porte ou par la fenêtre.

 

VERSEAU ASCENDANT CANCER

 

Le mélange des deux est ambigu. Il paraît calme et détendu, mais on sent dans son attitude une tension sous-jacente. Professionnellement, il aime travailler dans une atmosphère familiale, où les rapports ont peu de chance d’engendrer de graves malentendus. Mais il sent confusément que l’on s’encroûte dans de telles situations et qu’il lui faut une forte motivation pour changer son mode de vie. C’est alors que le VERSEAU lui inspire l’idée qui révolutionne la technique attardée et lui donne son avenir : en somme il renouvelle pour promouvoir. Dans sa vie personnelle, il absorbe passivement le milieu. Sa mémoire engrange les informations et les organise : il fait son nid avec ce qu'il trouve. Tout être qui le sécurise est le bon, à condition qu'il puisse se renouveler à son contact. Le VERSEAU peut l'inciter à rechercher des moyens inédits pour assurer son équilibre personnel et familial, à prendre appui sur sa force d’inertie pour scandaliser sans être ému et adopter une façon personnelle de vivre, sans pour autant renier ses modèles. Il peut aussi lui arriver par nature ou par fatigue passagère, de se couper du monde extérieur et de n’accepter que ses proches comme témoins. Il a besoin d’être pris en charge : souhaitons que son conjoint soit à la hauteur. De toute façon n’importe qui fera l’affaire : il lui est indispensable d’être rassuré. Il est comme ces plantes qui ne vivent qu’accrochées à un tuteur. Si le VERSEAU reste vif, il le tire du mauvais pas. S’il entre en inadaptation, il est peut être comme le révolutionnaire du café, ou l’inventeur incapable de prendre un brevet et qui n’est un grand homme qu’aux yeux des siens. Dans ces cas-là, il affirme bien haut qu’il y a des profiteurs qui gagnent de l’argent et qu’il faut être pistonné pour faire breveter son invention. Et il se targue de n’être ni ce capitaliste mercantile, ni ce flatteur à la solde de quelque magnat : il est roi chez lui, cela lui suffit ! Il peut aussi imaginer le monde à sa façon et nous le faire partager par une œuvre d’art, à moins que, vivant dans le passé, il décide de le faire revivre en actualisant l’histoire.

 

VERSEAU ASCENDANT LION

 

La combinaison des deux signes met en valeur la fonction d’excitation et crée un déblocage de la situation saisonnière qui met en valeur l’individu. Au VERSEAU, le sujet s’exprime à travers les autres, au LION il se projette sur eux. Si vous avez cette configuration, vous savez vous mettre en valeur à travers vos œuvres qui sont souvent le fruit d’une vocation. Que celles-ci aient une portée humaine, métaphysique ou d’utilité quotidienne, l’impact sera le même. Avec vous, on sait tout de suite à qui l’on a affaire, si vous êtes dans un moment d’optimisme ou une crise de cafard, car vous extériorisez facilement vos humeurs. Votre volonté est directive et vous l’imposez sans nuances, car l’audace est une façon de cacher une peur irraisonnée, qui se manifeste par l’attaque. Malgré l’émotivité que ces conduites révèlent, vos efforts sont bien dirigés : vous suivez votre idée et la menez à terme. Si vous l’abandonnez, c’est pour la reprendre après avoir fortifié vos arrières : chez vous « l’intendance » suit ! l’indépendance foncière qui caractérise les deux signes s’exaspère dans le duo : malheur à celui qui la met en péril ! dans le cas d’un péril éventuel que vous savez définir vous référez organiser vous-même vos défenses. Professionnellement, si vous vous intéressez aux autres, vous pouvez être le biographe d’auteurs contestés que vous cherchez à réhabiliter en apportant de nouvelles sources d’information : voilà pour le côté VERSEAU. Quand au LION, il vous permet toutes les audaces : vos sources sont sûres, l’attaque sans péril. Derrière cette image sociale, qu’est ce qui vous incite à reconstruire le monde ? beaucoup d’orgueil, masqué de générosité oblative, et le désir aigu d’être un centre d’intérêt. d’ailleurs votre présentation le marque bien : élégante et soignée, il faut qu’elle impressionne sans entraver la liberté des mouvements. Sentimentalement vous êtes sujet à l’instabilité. Il faut que vous admiriez l’objet aimé… ou qu’il vous admire ! la prise de contact est rapide, la séparation inattendue. Dans la démesure, l’alliance du VERSEAU et du LION est placée sous le signe du divorce, la disparité exaltant leurs différences, sans possibilité de dépassement. Vous êtes alors partagé entre l’exaltation de votre personnalité qui s’exprime en naïves fanfaronnades dans lesquelles on a du mal à déceler la part de l’humour et une démobilisation de vos énergies dans laquelle vous vous complaisez : vous êtes le trahi content ou le sorcier conscient de l’efficacité de l’image dont vous usez à tout venant, sans discrimination, et que vous exploitez maladroitement sans, pour autant, croire à ses vertus.

 

VERSEAU ASCENDANT VIERGE

 

Être VERSEAU ascendant VIERGE, c’est ressentir en soi deux tendances qui ont du mal à se comprendre et à s’accorder. L’une prend tous les risques pour faire bouger les situations embourbées, l’autre s’enferme dans un silence attentif et, avant de prendre une décision évalue le pour et le contre sur une balance truquée, qui ne pèse que les limites. L’un diffuse, l’autre entasse, et qui dit VIERGE dit économie : avoir le maximum de satisfaction pour le minimum de dépense, aménager son temps de la manière la plus confortable et disposer d’autrui selon son bon vouloir. S'il est un VERSEAU apocalyptique, l’ascendant VIERGE le garde des visions prophétiques qui dépassent le bon sens et lui épargne les incidents annexes. Par contre en VERSEAU adapté, il sait diriger ses efforts avec le maximum d’efficacité et son comportement est guidé par une ligne de conduite : il sait se faire valoir sans se laisser envahir, et manier les nuances avant d’agir. Son apparence est sobre, ses vêtements simples et commodes, adaptés au climat ou à la saison. Il conserve, use, jusqu’à ce que le VERSEAU lui souffle une façon inhabituelle de renouveler sa garde-robe, sans grande mise de fond. Cela peut être aussi le règne du rafistolage à domicile du « je fais du neuf avec du vieux » et de la recette sans fois utilisée et dont il garde le secret. Professionnellement, il est à l’aise dans les métiers qui demandent du soin, de l’attention, mais laissent une part d’invention et de rêve. Il peut être le chercheur patient qui dirige ses travaux vers un but inexploré mais riche en potentialités humanitaires, ou l’artisan amoureux de son métier et des gestes spécifiques qu’il demande. Il utilise l’outil adéquat. Sentimentalement, son emballement initial est suivi d’une période silencieuse pendant laquelle il cherche à définir la personnalité de sa conquête. Longues fiançailles, suivies d’un mariage avec contrat, établissent au mieux une vie conjugale dont il a aménagé tous les détails. A moins que le célibat consciemment assumé ne lui ait paru un choix répondant à son goût de la diversité et à sa crainte de l’erreur. Il a tout prévu, sauf à l’approche de la quarantaine, l’intervention du VERSEAU coquin, qui, fait sauter tous les verrous, et lui fait mener une vie de bâton de chaise dans une carrière bien assise.

 

VERSEAU ASCENDANT BALANCE

 

Voici deux signes vifs qui poussent, dans le même sens, le char de sa destinée, tout en modulant différemment le trajet selon les obstacles rencontrés : l’un (le VERSEAU) résiste et s’élance en ignorant les obstacles, l’autre (la BALANCE) se dérobe promptement, avec adresse, pour revenir à la charge dans un meilleur moment, ou changer de destination. Il a des facilités pour établir entre les êtres des rapports nouveaux. Il lui suffira d’engager le dialogue avec ses confrères, ses camarades, ses subordonnés, d’avoir un abord accueillant, de discipliner son agressivité, et de tout mettre en œuvre pour que la bonne entente règne. Dans les codes du savoir vivre, il élimine tout ce qui est compassé, dépassé, pour faire place à un comportement inspiré par le respect de la liberté d’autrui. Il a des amis dans tous les milieux, sans considération de leur situation sociale, et les choisit pour leurs qualités de cœur, leur originalité ou leur humour. Si la BALANCE domine, il se soumet à l’essentiel des obligations de son milieu : il se marie pour faire plaisir à sa famille, à sa fiancée, appréciant les facilités que lui donnent cet état pour avoir des enfants et fonder un foyer, mais il refuse tout cérémonial, se contentant après la mairie, d’aller dîner dans un petit bistrot avec ses témoins. Il peut aussi, dans l’inadaptation, ne fréquenter que « le gratin » pour le tourner en ridicule ou se faire une réputation fondée sur la méchanceté de ses « mots » à l’égard de ceux qui n’en font pas partie. A défaut de sociabilité, il peut briser les associations de mots stéréotypées, concilier ce qui est inhabituel, et créer un langage dont les effets inattendus font sa réputation.

 

VERSEAU ASCENDANT SCORPION

 

Les deux composantes sont à priori difficiles à concilier. L’ascendant peut apporter une aide précieuse à ce signe solaire : il le garde de l’enthousiasme à tous crins et canalise les efforts de remise en question que le VERSEAU a toujours tendance à élargir. Par leurs différences, les deux signes ont un rôle stabilisateur. Dans sa profession, il ne communique ses trouvailles ou ses intuitions innovatrices qu’à ceux qui l'aident à les préciser, à les réaliser, et le sens tactique du SCORPION le garde d’une naïveté qui facilite l’exploitation systématique de ses talents par les autres. Esprit analytique sans pitié pour l’injustice, il trouve immédiatement l’arme précise qui économise ses forces, et frappe au bon endroit. Si une discussion s’éternise, il s'absente sous un prétexte futile, déroutant ses interlocuteurs et désorganisant leur défense. Il reparaît alors, fortifié par la réflexion solitaire et le désarroi de ses protagonistes. L’alliance des deux signes lui donne la possibilité de faire les choix réfléchis et de s'y tenir. Il n'est pas très malléable, et s'il agrée une proposition c’est qu'il a épuisé ses arguments, on peut alors compter sur lui. On le dit têtu, alors qu'il est stable. Avec lui, le premier contact n’est pas aisé : il déroute par un mélange de spontanéité et de réserve, une étrangeté indéfinissable qui attire et inquiète à la fois. Il peut se montrer dynamique, plein d’entrain, causeur infatigable ou bien énigmatique et lointain, pas de demi-mesure, on l'adore ou on le déteste. Dans sa vie sentimentale, il dose l’absence et la présence, la générosité et la parcimonie. Jaloux dans ses rapports avec l’être choisi, il aime le faire évoluer, le transformer, lui suggérer une tenue, un comportement qui révèlent aux yeux de tous sa personnalité profonde. Gare alors aux scènes de jalousie et aux bouderies. Une horreur invincible de l’approbation systématique lui fait prendre le contre pied de la mode, et il adopte une tenue imprévisible sur laquelle des accessoires choisis, avec soin, le démarqueront de la foule. Dans l’inadaptation, les deux signes créent des situations pénibles. Toute création peut lui sembler vaine et les drames sans issue, car il s'axe sur un détail, négligeant l’ensemble des problèmes. Ayant déjà tendance à refuser la communication il ne fréquente que les membres d’une petite chapelle et la relation avec autrui si intense au VERSEAU, devient problématique. Il peut vivre alors, replié sur lui-même, toujours sur la défensive, ne trouvant plus de sens à l’existence. Il projette sur l’autre la méfiance, l’impatience ou la colère, et il se croit jugé par ses propres lois. Bien qu’axé sur lui-même, si le VERSEAU tient bon, Il peut compter sur une résurrection par les chemins les plus divers : la rencontre d’une amitié, un acte généreux qui le mobilise ou la curiosité de situations dramatiques qui l'empêchent de retourner contre lui le dard animal qui terrorise les autres, et transforment son cri de guerre en chant d’espoir.

 

VERSEAU ASCENDANT SAGITTAIRE

 

VERSEAU et SAGITTAIRE sont tous deux des excitables et adhèrent spontanément à ce qu’on leur propose si le VERSEAU ne gardait ses distances, conscient de l’ambivalence des situations. Il peut dans le cadre de son métier, tenter d’exercer une action sur la société, vouloir concilier le collectif et l’individuel sans perdre de vue leurs différences fondamentales. Il peut, s'il est très fort, réaliser une synthèse humaniste afin de sauvegarder les droits de l’individu et de la collectivité. De plus il aime réunir les gens afin qu’ils échangent leurs connaissances d’une spécialité et fassent évoluer un savoir qui a tendance à se scléroser. Dans le but d’une audience générale, il utilise son dynamisme pour concilier ses antagonismes et ses contradictions. Il sait s'entourer de collaborateurs efficaces qui facilitent sa réussite sociale. Mais craint le retour de bâton de ceux qui se lassent d’être son chausse-pied. Affectivement, cette double signature inspire la curiosité de l’inconnu, de l’inhabituel. Sa soif d’être aimé l'expose à des changements ou des compromissions qu’une partie de lui même ne sait admettre : il lui reste à donner libre cours à ses fantasmes, à rêver d’un amour universel, d’une amitié qui ne demande aucun effort et qui naît d’une simple rencontre, d’un seul regard, mais grâce à laquelle il refait le monde. Pour ne pas l’avoir trouvée, ou parce qu'il a été déçu, il a peut être la nostalgie du foyer, de ce cocon qui limite (mais protège) et coupe les ailes aux conquérants. Il peut aussi sublimer ses carences et chanter l’espoir de venir en aide aux hommes de partout et d’ailleurs, par cette terrible tentation de la bonté.

 

VERSEAU ASCENDANT CAPRICORNE

 

Voici deux signes qui se donnent la réplique, l’un éteint le monde, l’autre le ressuscite. VERSEAU ascendant CAPRICORNE, une seule chose existe, celle à laquelle il donne tous ses soins. Mais il y a en plus, au-dessus d’un objet, d’un meuble ou d’un tableau, une seconde lampe qui lui rappelle que le monde ne se restreint pas à une seule préoccupation, que quelque chose ou quelqu’un soutient son effort primordial, en élargissant ses ambitions ou ses espoirs. Que ce soit dans sa vie professionnelle ou privée, il est calme et discret, parfois même un peu froid : il intimide, car il est difficile de le définir au premier abord. Mais l’on sent vite que, sous cette indifférence, se cache une passion qui soutient son tonus : une cause à défendre, une idéologie à promouvoir. S'il s'intéresse surtout à la genèse des événements, son intuition le renseigne sur leur avenir éventuel, et il dirige ses efforts avec une économie de moyens qui minimise les risques. Dans la vie quotidienne, il est un pessimiste gai qui souhaite que tout réussisse, et s'il marche vers le « non espoir », ce n’est qu’à reculons. Si la vie lui est difficile, son humour est défensif, un peu grinçant mais se tempère parfois d’un sourire. Résistant par nature, il dissimule sa fatigue ou ses chagrins par un tout va très bien qui le réconforte. Sentimentalement sous une carapace impassible se cache une sensibilité frémissante : il est un chaud-froid dont le froid est à l’extérieur. s'il hésite à se lier c’est parce qu'il craint les emballements de la passion qui est, pourtant, son eau de jouvence. La peur d’aimer lui inspire d’étranges comportements : Il disparaît pour reprendre son sang-froid et reparaît aussi serein que par le passé, et votre partenaire n’y comprend rien. N’avouez jamais est votre devise, vous n’offrez pas de fleurs, il oublie les anniversaires, mais il aime les attentions quand il en est le bénéficiaire. Si sa sociabilité se réduit à l’essentiel, ceux qu'il a choisi ont droit à tous ses soins : il est l’ami discret sur qui l’on peut compter, ou le conjoint dévoué pour le meilleur et pour le pire. Sa vie conjugale est fondée sur l’affection et l’estime réciproques, avec des bouffées de lyrisme qui entretiennent la vivacité du sentiment. Il peut paraître austère, jamais ennuyeux. Si par malheur, l’extinction propre aux signes d’hiver porte sur les codes de la vie à deux, il peut donner le ton à un ménage où toutes les licences sont permises, il cherche dans la multiplicité de ses aventures, un adjuvant à ses désirs et trouve dans chaque conquête, les prémices de la suivante. A moins qu'il ne consacre tous ses efforts à la poursuite effrénée d’une réussite sociale, aux dépens de sa santé et de son bonheur.

VERSEAU ASCENDANT VERSEAU

 

Il est un pur VERSEAU et il le montre bien. De la rigueur sur un fond de timidité est la composante héritée du CAPRICORNE, mais il y ajoute du dynamisme et, placé en situation de confiance, il devient expansif et accueillant, aimant les contacts sociaux s'il s'y sent à l’aise. Il découvre souvent chez les êtres des attitudes, des comportements qui l'enchantent par leur cocasserie : le voilà alors fasciné et il oublie tout le reste pour se fixer sur ce détail. On le taxe de distraction. Un à-priori favorable dans le contact, inspiré par l’amour d’autrui, le rend sensible aux difficultés des autres, et, parce que cela lui fait plaisir, il n'a de cesse d’y trouver un remède ou une solution. Il ne faut pas, cependant, que sa serviabilité ne lui fasse une réputation de petit saint, et qu’en donnant mauvaise conscience à ceux qui sont incapables de bienveillance, il ne soit victime d’une impopularité dont il peut souffrir. Assidu au travail si celui-ci permet des innovations, il trouve les petits trucs et les grandes idées qui président aux changements et animent le travail collectif. Tout ce qui est usé, démodé, doit être remis à neuf. Si cela heurte les habitudes de certains, on lui tient rigueur de bousculer la routine, mais il sait attendre, même si l’impatience l'anime, et, revenant à la charge, son optimisme contagieux a souvent raison des insatisfaits. Si leur froncement de sourcil ne se change pas en sourire, il perds patience, baille d’ennui, pour brusquement aller, sans déplaisir, planter sa tente ailleurs. Tout ce qui est nouveau l'excite, et si on le trouve instable, il s'en fout, c’est son destin. Sentimentalement, il séduit par le charme et l’originalité de son comportement. Un certain humour, fait de causticité sans aigreur, anime les anecdotes et émaille la conversation : on ne s’ennuie pas avec lui. L’inattendu est de règle : il transforme une promenade en exploration et un dîner en feu d’artifice dans un restaurant inconnu où, quinze jours après le tout Paris attend une table. Il l'a déjà déserté au profit d’une autre table.

 

VERSEAU ASCENDANT POISSONS

 

Son excitabilité joyeuse, mais parfois désordonnée, se teinte de feinte bonhomie et de patience réelle. En éliminant systématiquement ce qui est contraire à ses buts, il augmente ses chances de triompher en douceur, sans trop se faire d’ennemis. Par contre, si la manœuvre a été particulièrement adroite et qu'il a donné l’illusion d’un abandon tout en poursuivant ses intérêts, on lui le pardonne difficilement. Que ce soit dans son métier, l’éducation de ses enfants ou la poursuite d’une idylle, les POISSONS l'empêchent d’enfoncer des portes : ils lui font la main de velours et la démarche feutrée, ils conseillent l’attente vigilante qui profite de la moindre brèche pour s’y précipiter. Attention, cependant, si son ascendant est vécu dans l’inadaptation, à ne pas éteindre complètement, par paresse ou désintérêt, la fonction créative de son signe solaire. Il risque de ressentir l’aigreur, l’envie ou les regrets de potentialités non réalisées et il accuse la société, le diable ou la malchance d’être un phénix incapable de renaître.